Imprimer

1er SEMINAIRE INTERREGIONAL HAUTS-de-FRANCE/NORMANDIE

Les 5 et 6 Octobre dernier a eu lieu à Arras le 1er séminaire de l’inter-région HAUTS-de-FRANCE/NORMANDIE. En présence de plus de 60 professionnels issus des établissements adhérents de l’inter-région et sous la conduite des deux délégués régionaux, Christian BRELINSKI (Hauts- de-France) et Jean-Philippe BOURDALEIX (Normandie) le thème de la collaboration entre parents, usagers et professionnels a donné lieu à des échanges très constructifs et dynamiques.
Aliette GAMBRELLE, maman et administrateur FISAF est intervenue afin de faire partager aux participants son expérience personnelle à partir de laquelle elle a tracé une mise en perspective extrêmement riche de ce que cette collaboration devrait pouvoir générer.

Pour ce 1er séminaire un facilitateur graphique est venu synthétiser les échanges au travers de dessins très originaux et traduisant parfaitement grâce à des vignettes aussi drôles qu’explicites le contenu des différents ateliers et des plénières.

1er séminaire de l’inter-région HAUTS-de-FRANCE/NORMANDIE

La FISAF s’est engagée à poursuivre cette réflexion au travers de journées de formation parents/professionnels et de nouvelle rencontres qui devraient concrètement permettre de faire avancer les pratiques professionnelles sur ce sujet

La parole aux parents

« Je suis contente d'avoir assisté à ce séminaire et d'y avoir été invité par Jérôme André orthophoniste à l'IRPA de Ronchin. J'ai passé de très bons moments de partage. Les professionnels ont à cœur d'aider nos enfants et nous parents du mieux possible et les mots Ecoute, Compréhension, Partage, Partenariat sont vraiment essentiels. Bonne continuation et un grand merci pour tout ce que vous faites pour nous aider.

Je vous remercie encore pour cette journée.

Cordialement »

Laura Le Galles (maman de Marie suivie par l'IRPA depuis 14 ans)


« J'étais ravie de participer au séminaire dédié au partenariat entre les familles et les professionnels.

Pour une fois qu'on donnait la parole aux parents, je ne voulais pas rater l'occasion !!!

Et j'ai bien fait d'accepter cette invitation. Nous avons été très bien accueilli et les ateliers étaient riches d'enseignement.

Replacer les parents au coeur d'un fonctionnement afin de permettre à la personne prise en charge d'être accompagnée au mieux me paraît essentiel et a toujours été pour moi une évidence...mais pas facile parfois à mettre en place avec des professionnels habitués à tout autre chose.

En parler est déjà un progrès.

Les institutions doivent permettre l'expression des familles et accepter aussi leur retrait.

Chaque parent avance à son rythme. Ces journées de travail ont permis de mettre des mots sur ces faits.

En tant que maman, mais aussi en tant que représentant des parents d'élèves, j'ai exprimé des envies sur les moyens de communication pour être en lien avec les professionnels, ou donné des idées sur la manière de laisser la place aux parents...j'ai aussi entendu les réserves des professionnels. J'ai pu aussi faire part de regrets quand les choix sont faits sans concertation.

J'espère maintenant que les professionnels présents pourront utiliser le bilan et semer les graines de nos échanges auprès de leurs collègues et de leur hiérarchie »

Judith Contamin, parent

La parole aux professionnels

« Un message pour vous remercier du très bon accueil reçu lors de ce séminaire du 5 et 6 octobre à Arras.

Le contenu a été riche en enseignements, en rencontres et en échange de pratiques dans le travail partenarial avec la famille.

Comme vous nous l’avez suggéré lors de la conclusion je vous soumets mon retour en vous exposant sommairement les idées et les principes avec lesquels je suis reparti :

  • L’importance de la qualité du lien, de la relation qui prévaut sur le projet,
  • Le respect du rythme des familles, du rapport au temps qui peut ne pas être celui de l’institution,
  • Le besoin de spontanéité, mais aussi la volonté de permettre un espace-temps propice au partenariat ;
  • L’idée des différents « canaux » pour communiquer avec les familles (réseaux sociaux qui font vivre le service au-delà des accompagnements, mails, téléphone, avec un caractère plus ou moins formel selon l’interface…), sachant que rien ne vaut la rencontre,
  • La nécessité de casser la verticalité entre soignants et parents pour les rendre acteurs (prendre en compte leurs réalités, leur ouvrir les formations, laisser place à une réelle co-construction des projets et bien entendu leur garantir le droit de s’opposer ou de ne pas être partie prenante d’un accompagnement…),
  • Adopter une approche systémique dans le travail avec les familles,
  • Inscrire l’accueil et le partenariat dans la culture de l’établissement,
  • La définition du « lien constant » par la famille, qui consiste à pouvoir joindre un professionnel quand on en a besoin. Il n’est pas non plus nécessaire de tout savoir car quand la la confiance est posée, le lien se tisse et la communication coule de source ;
  • La théorie des 4 R : reconnaissance, responsabilité, réciprocité, respect ;
  • Le lâcher-prise : accepter que la rencontre n’ait pas lieu, qu’un parent puisse avoir ses raisons de ne pas entrer dans l’accompagnement. Renoncer à la toute-puissance ;
  • Enfin, le « retour possible au bonheur » comme enjeu central du partenariat, la nécessité de rompre l’isolement auquel nous sommes tous exposés, familles comme professionnels. »

N’DONG Willy Éducateur Spécialisé SSEFIS / E.P.A Helen Keller

Haut de la page